• Vendredi 3 Juillet, un grand bal en RP a été organisé par les Taraddicts sur le blog de Sophie Audouin-Mamikonian  afin de fêter le début des vacances d'été. Bien entendu, les Taraddicts sont une joyeuse te folle bande de fêtards et la soirée a été démente! A tel point qu'il est difficile, pour ceux qui n'y étaient pas, de savoir tout ce qui s'est passé!

    Du coup, j'ai écris un résumé de la soirée que j'ai posté après le RP de la soirée et qui a été lu sur la WebRadio de Fréquence Taraddicts! Laissez-moi donc vous raconter...

    Generation Taraddicts
    LE BAL DES TARADDICTS
    (Résumé de la soirée du Vendredi 3 Juillet 2015 par Elementix)
     

     

    19h
    Les premiers invités commencent à arriver… M-M, Maraelfe, Moineau-aigle-gloria, Ombre, Sakhina, Mamie Torrent, Taquapax, Elementix, Mimargoton, Sernachirachiva, Elin’Jar (JarJar pour les intimes)… Tout le monde n’est pas encore présent mais il faut savoir que le retard chez les Taraddicts est une tradition légendaire!
     
    La première question que se pose les demoiselles est: Qui a un cavalier? Il est vrai que le carton d’invitation disait juste qu’il y avait une grande fête pour fêter le début des vacances entre Taraddicts mais rien sur comment s’habiller ni si il fallait venir accompagner. Heureusement, les filles se moquent de venir seule ou d’attendre leur Prince Charmant. Les invités commencent à parader dans leurs sublimes robes de soirée mais au final, plus personne ne se souvient qui porte quoi. Seule Taquapax la naine ne porte pas de robe de cocktail puisqu’elle venue pour le buffet et pas du tout pour danser. Elle est vêtue d’un T-shirt noir, d’un jean et de converses rouges et porte avec fierté sa brillante hache à la ceinture. Personne ne viendra lui dire qu’elle est mal habillée. Vexer un nain est toujours mauvais pour la santé… et à raccourcit considérablement l’espérance de vie!
     
     
    19h25
    Artemis, Prince d’Omois, fait son entrée, vêtu de son plus beau costard. Il s’assoit au bar, regarde nonchalamment sa montre puis salue « la populace ». Le terme n’est pas au goût de M-M…
     
    Pendant ce temps, Taquapax a eu vent de certaines remarques sur le caractère et le calme… hum… certain des nains et sent que sa hache la démange un peu. Pour laver l’honneur des nains, elle balance un concombre (parce que tout le monde sait que le concombre est riche en eau) au visage de M-M qui réplique avec des cacahuètes afin de tester son calme légendaire. L’échange de cucurbitacées se répand peu à peu lorsque Sernachirachiva s’en prend un et que Ombre tente de s’interposer. Ceux qui ne se battent pas regardent concombres, cacahuètes, bombes à eau et chaussures de Taquapax voler en se disant que décidément, les Taraddicts sont incapables d’attendre une certaine heure avant de se mettre à se taper dessus.
     
    Comprenant que l’appellation « populace » n’a pas plus à certains invités, Artemis salue les  "demoiselles à la beauté aphrodisiaque et sieur Elementix" d’une façon plus conventionnelle en demandant ironiquement si il doit aussi écrire un poème ou chanter une chanson. Elementix le prend au mot et pendant quelques minutes, les invités se mettent tout à coup à converser en vers et en rimes sans raison.
     
    Pendant que les invités se défient dans un concours de rimes, Elïn’Jar s’est improvisé barmaid. Ses cocktails variés et insolites ont le mérite de calmer les combattant qui décident de faire une pause et d’enterrer la hache de guerre (pas celle de Taquapax) temporairement… JarJar remarque de Artemis semble attendre quelqu’un et que ce quelqu’un n’est pas elle. Personne ne semble remarquer le regard foudroyant de JarJar.
     
     
    19h56
    La playlist Opération Concombre vient de passer à la chanson de la Reine des Neiges « Libérée, Délivrée ». Elementix bondit sur scène, prêt à s’exploser les cordes vocales et exploser les tympans des autres. Taquapax commence à chanter mais est très vite bâillonnée par Ombre et Maraelfe. Mamie Torrent s’est bouchée les oreilles en entendant Taquapax et M-M a les oreilles qui sifflent.
     
     
    20h03
    Puisque Artemis a fait remarquer qu’un mec chantant « Libérée, Délivrée » n’est pas crédible, M-M et Elementix se lancent dans une séance karaoké avec un concombre en guise de micro sur la chanson « Comme Un Homme » de Mulan. JarJar prend discrètement une photo de la scène en affirmant qu’elle n’a pas ajouté d’alcool à ses cocktails et que de toute façon, les Taraddicts n’en ont pas besoin pour être délirants! Toute l’assistance reprend en chœur de Code Lyoko « Un Monde Sans Danger ».
     
     
    20h19
    Remarquant que JarJar semblait lui en vouloir pour X raison, Artemis fait son numéro de charme, JarJar lui pardonne et l‘embrasse sur la joue.
     
    Pendant ce temps, Taquapax et M-M sont curieuses de connaitre le nom du mystérieux cavalier de Ombre. Après avoir laissé mijoter un peu son public, celle-ci révèle enfin l’identité de celui qui l’accompagne… Cédricquiresembleacal! Arrivent Zoé et AlkalyhnViirendhel (alias Etoiledomois ou tout simplement Etoile) puis Sanza. Toujours pas de trace de Cédric mais Ombre ne perd pas espoir!
     
    M-M doit malheureusement partir et quitte la fête sous les première notes de « Dites A Mes Amis Que Je M’en Vais » de Frère des Ours, bientôt imité par Moineau-aigle-gloria. Sanza et T’yla s’élancent sur la piste de dance dans les bras de leur Familier qu’elle ont chacune transformé en cavalier tandis que Sakhina se lance dans une version yaourt de « I Love Rock’n Roll ».
     
     
    20h53
    Personne ne s’en est rendu compté mais Etoile a rejoint Artemis sur la terrasse. Arty, « le bourreau des cœurs » a invité Etoile à danser sur « Sentimentale » du film Hercule. Au moment le plus romantique, il se baisse légèrement pour demander à Etoile pourquoi elle porte une robe de mariage mais la belle Cendrillon… euh, je veut dire, Etoile se sauve pour aller saluer Granono qui vient de faire son entré avec 2 heures de retard comme les stars. Le pauvre Arty retourne a la fête prêt à récupérer sa cavalière lorsqu’il fait une remarque sur le chant un peu spécial des nains. Taquapax veux le frapper avec un concombre mais renonce finalement à cette idée. Cela a au moins eu le mérite de faire peur à Granono car celui-ci semble avoir soudain disparu… Ce qui fait plaisir à Artemis car plus rien ne peut se mettre en travers du couple de la soirée baptisé Artétoile!
     
     
    21h15
    Elementix est prêt à brûler les planches en chantant ce qui est pour lui LE TUBE de la soirée « Un Homme Libre » de La Planète Au Trésor. Sakhina entraîne Zoé sur la piste dans une sorte de slow déjanté, et Taquapax enlève ses chaussures en fer (pas pratique pour danser avec) afin de rejoindre Ombre sur la piste de danse aussi. La timide Nini arrive à la fête et cherche son cavalier: un certain dragon répondant au nom de Hony.
     
     
    21h22
    Granono réapparaît à temps pour danser le Concombre Style avec les invités. Tout le monde essaye de danser comme il peut cette danse un peu étrange. Seul Artemis refuse de danser cette danse qui ne convient pas à une personne de son rang noble et snob. L’effort est trop intense pour Taquapax qui meure de chaud et réclamme une tournée de jus de concombre au bar de JarJar. Quelques minutes après, Elementix prend son courage à deux main et invite Sernachirachiva à danser avec lui.
     
    Sentant que que c’est le bon moment pour lancer la magicobola, T’yla demande à tous les invités de décorer un papier d’un élément bizarre puis de le mettre avec les autres dans l’aquarium de Robin la balboune. Etoile donne accidentellement le papier d’Artemis à Ombre qui devient blême. En effet, Arty n’a pas passé son papier à Etoile par hasard car il contient l’inscription « Veux-tu m’épouser? ». La demande est quand même plus originale et moins surfaite que la demande à genoux avec la bague, non?
     
     
    21h43
    M-M n’étant pas là, Taquapax se charge de faire le (plus court) discours de la soirée:
    « Merci d’être venus à cette fête blogest fêtant les vacances ! Comme toute les autres, elle sera unique, et délirante (nous sommes taraddicts après tout!) ! Bon comme je suis nulle en discours, bonne fête et amusez vous ! Que le concombre soit avec nous ! »
     
     
    21h46
    Cedric arrive enfin au plus grand plaisir d’Ombre qui lâche le papier d’Artemis. Pour rendre parfaite leur première slow, Taquapax demande au DJ de passer « Tais-Toi Mon Cœur ».
    Etoile récupère le papier d’Arty, rougit en le lisant puis se dirige vers le bar avant de revenir avec une coupe de jus de concombre dans laquelle 3 lettre sont gravés sur le glaçon. Artemis ne prends même pas la peine de lire le message d’Etoile, persuadé que la réponse est OUI et affiche un grand sourire. Celui du rominet qui a réussi à attraper sa souris.
    Au même moment, les résultats de la magicobola commencent à tomber.
    Sakhina remporte le 1er Prix ( une boule de cristal i-tech), Taquapax se demande ce qu’elle va pouvoir faire de son 2nd Prix (un ensemble de table et de chaises infinies) tandis que Granono essaie de ne pas se faire croqué par son 3ème Prix (une plante carnivore)
     
     
    22h
    Une bataille commence entre les invités! Personne n’en connait la raison mais les rares témoins encore en vie aujourd’hui affirment avoir vu T’yla, l’elfe sanguinaire, lancer un concombre sur Granono et Taquapax qui a répliqué en lançant des concombres, des poignards et une truite pourrie sur Granono et T’yla. La naine fini par sortir sa hache afin de hacher du concombre et de bombarder ses adversaires de rondelles de concombre. Recevant par erreur une tarte à la crème, Sakhina se jette dans la bataille les mains armées. Les autres guerrières dans l’assemblé déchirent elles-aussi leur robe pour mieux combattre et sortent également leurs armes. JarJar affronte Zoé, Ombre affronte Taquapax qui frappe Cedrix qui provoque Sakhina et T’yla… Honnêtement, il est dur de savoir qui combat qui vu que les combattants changent sans arrêt de cible et tous le monde s’en prend plein la g*****.
     
    Etoile regarde les concombres et autres projectiles non identifiés avec intérêt. N’ayant pas envie de se joindre aux combats qui deviennent déjà un peu chaotiques, elle lance une musique de baston puis un Protectus autour d’elle et va se poser dans un fauteuil, une coupe de Tzinpaf à la main. Elementix et Mimargoton se joignent à elle et commencent une discussion sur le film Vice-Versa. Artemis, rechargé par la musique du DJ, s’élance dans la bataille, prêt à embrocher Taquapax. 
     
     
    22h30
    Protégés par le Protectus, Etoile et les autres profitent de la vue imprenable sur la zone des combats dans des fauteuils tout en grignotant du pop-corn. Ombre semble avoir disparu même si il est difficile de juger étant donné que la poussière soulevée par les combats rend impossible toute visibilité. JarJar, qui en veut à son « ex » de flirter avec Etoile, s’apprête à lui faire sa fête.
     
    Alors qu’Etoile sert une salade de concombres à ses invités (salade qui est volé par un Granono qui prend la fuite), le sujet de conversation dérive sur sa relation ambiguë avec Artemis. La conversation, pleine de scandales et de révélations, distrait Artemis qui se prend un coup de JarJar. Mettant sa main sur la plaie pour empêcher son sang de couler, Arty se tourne vers Etoile en déclarant combattre pour prouver son amour. Ce à quoi Etoile répond que ne pas savoir esquiver un coup d’épée ne constitue pas une preuve d’amour. Sa fierté piétiné, Arty lâche son épée et baisse la tête, donnant l’occasion à JarJar de le plaquer au sol.
     
    Derrière le Protectus, les spectateurs regardent avec intérêt la scène en mangeant du chocolat et des concombres. Etoile soupire devant la stupidité d’Artemis.
     
     
    23h
    Après une heure de combats acharné, prendre du poids derrière le Protectus devient moins drôle. Etoile a enfin une idée: danser la Macarena! Mimargoton branche de supers enceintes et met le son à fond.
    Etoile et Elementix commencent à bouger sur la piste de danse sans se préoccuper des gens qui se tapent dessus. En voyant ces deux-là danser ensemble, Arty devient jaloux et va bouder sur son trône impérial. JarJar qui n’en a pas fini avec lui, va le voir et exige des explications à propos de leur relation sur le blog.
     
     
    23h22
    On continue de débattre à propos d’Artemis et les filles. JarJar veut savoir avec qui sort Arty. Arty explique combien Etoile a été blessante en piétinant ses sentiments (mais surtout ses capacités) pendant qu’il combattait pour elle. Etoile veut bien s’excuser. On se croirait dans un épisode des Feu de l’Amour! Finalement, la réponse d’Etoile à la demande en mariage d’Artemis reste en suspens et les deux tourtereaux se prennent les mains et commencent à valser.
     
    Saisissant l’occasion pour donner un coup de pouce à Artemis, Elementix file prendre la place du DJ, qui a démissionné en voyant les Taraddicts se taper dessus. Il met en route la célèbre chanson du film Titanic, qui est sans doute la plus belle chanson d’amour, et installe une ambiance romantique avec les lumières pendant que le couple Artétoile dansent sur ce qui reste de la piste de danse.
     
    C’est seulement maintenant que l’on remarque que tous ceux qui étaient en train de combattre se sont soudain éclipsés pendant la danse de la Macaréna! On les a fait fuir avec la danse de la paix! Il ne restent plus que Mimargoto, Etoile, Artmemis, Elementix et Scilla. Ensemble, ils prennent un dernier verre concombresque puis tirent leur révérence et rentrent chez eux dormir peu après les 12 coups de minuit.

    4 commentaires
  • Ce texte est un montage que j'ai fait pour une série de représentations théâtrales dans le cadre d'un projet appartement. 
    Qu'est-ce que c'est un projet appartement? Eh bien, en fait, au lieu de jouer dans un théâtre, on joue notre petite pièce chez des gens (qui reçoivent des invités). Le but de ce projet était donc de monter une scène à partir d'un texte qui ne serait pas un texte de théâtre et n'ayant aucun dialogue.

    Voici donc le texte de mon projet où j'interprétai le rôle du Chapelier Fou du Pays des Merveilles. Le texte est un montage des répliques de ce personnage tirés du roman de Lewis Carroll "Les Aventures d'Alice au Pays des Merveilles", du film "Alice au Pays des Merveilles" de Walt Disney ainsi que celui de Tim Burton et enfin du personnage de Madeline Hatter (Fille du Chapelier Fou) dans "Ever After High"...
     
    La chanson, quand à elle, est issue du film "La Légende de Cendrillon" et est interprêtée par Whitney Houston.
    (CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA VIDEO)
     
    Chapelier Fou
    PS: Je vous ai mis entre parenthèses les didascalies pour que vous compreniez mieux la scène.
     
    (Une table est dressée sur la scène. Le Chapelier Fou entre avec un plateau contenant un service à thé, de quoi grignoter et un lapin blanc en peluche avec une cravate. Il sourit. Il s'assoit derrière la table et commence à disposer tasses, sucrier, théière, tartines, etc sur la table.)
     
    Je demande pardon à votre Majesté d'avoir apporté ici ma tasse et ma tartine; mais je n'avais pas tout à fait fini de prendre mon thé lorsqu'on est venu me chercher.
     
    (Il montre du doigt son chapeau.)
     
    Il n'est pas à moi. J'ai des chapeaux à vendre. Ils ne m'appartiennent pas. Je suis Chapelier de mon état! 
    Nous voyageons tous à cheval ou en train mais le chapeau est la meilleure façon de voyager et la plus attrayante... 
     
    Dans cette histoire-là tout commence par le thé. Bien entendu, "tout" commence par un "T". Vous prendrez bien une tasse de thé?
     
    (Il se sert une tasse de thé et y ajoute deux cuillères de sucre.)
     
    Ça a débuté par une galipette contre le mur et j'ai dû passer à travers. Mais ne me demandez pas de recommencer. Qu'est-ce que je voudrais bien pourtant! Les portes, c'est barbant! Alors que traverser les murs, c'est tellement... top! Magnificielle! Tout le monde devrait être fou, fou, fou.
     
    (Il boit une gorgée de thé.)
     
    Sachez que le seul moyen d'accomplir l'impossible est de croire qu'il est possible.
    Parfois, je fais des trucs impossibles qui marchent du premier coup car je ne sais pas qu'ils sont impossibles. Si j'essayais à nouveau, sachant qu'ils sont impossibles, je parie qu'en revanche, ça ne marcherait pas.
     
    (Tout en continuant de parler, le Chapelier Fou se prépare une tartine beurée à la confiture.)
     
    Mais moi, j'ai l'esprit d'observation. Je suis doué aussi pour faire le poirier, manger trois trucs à la fois, parler sans reprendre ma respiration pendant très, très, très, très longtemps, choisir une pastèque mûre et inventer des charades. Même si je n'en trouve pas toujours la solution. En tout cas, pas seul. Les charades des autres sont plus faciles à résoudre, vous ne pensez pas?
     
    (Il prend une bouchée de sa tartine.)
     
    Oh! Je viens d'avoir une idée thé-mentielle!
     
    (Il se tourne vers le lapin blanc.)
     
    Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau? 
     
    (Un temps.)
     
    Je n'en ai pas la moindre idée. 
     
    Je ne sais pas mais je suppose que c'est ce qui arrive quand on le fait tout le temps - ce que, personnellement, je fais - parce que lorsqu'on le fait tout le temps, on ne peut pas s'empêcher de l'avoir fait, n'est-ce pas?
     
    (Le Chapelier Fou termine sa tartine tout en buvant son thé.)
     
    Quel jour du mois sommes-nous?...
     
    (Il sort de sa poche une montre à gousset et regarde l'heure.)
     
    Elle retarde de deux jours! (Au lapin.) Je vous avais bien dit que le beurre ne vaudrait rien pour le mouvement!
    Deux jours et dix secondes. Oh malheur! Mais nous allons arranger ça. 
     
    (Il examine la montre.)
     
    Mmm... Rien d'étonnant. Cette mécanique est pleine de mauvaises dents et de vis et de roues et de ressorts... Bien sûr, c'est évident; il faut du beurre. Du beurre! Du beurre. Oh, il n'y a rien de meilleur pour les rouages. Oh, celui-là est garanti sans miettes.
     
    (Il prend le beurre et en tartine la montre.)
     
    (Au lapin.) Qu'est ce que vous disiez mon cher? Du thé, je n'y avais pas songé! Bien sûr, il faut du thé!
     
    (Il verse un peu de thé sur la montre.)
     
    Du sucre, deux cuillerées seulement, je vous remercie.
     
    (Il ajoute du sucre sur la montre.)
     
    J'oubliais la confiture, un oubli regrettable, c'est comme ça qu'arrive les accidents. 
     
    (Il tartine la montre de confiture. Puis il brandit la montre devant lui et la fixe attentivement.)
     
    Maintenant, elle doit marcher. (Un temps.) C'était une montre de première qualité. Oh, le thé! Vous croyez que c'est le thé? Je parie qu'il était trop fort. Deux jours de retard c'est inguérissable.
     
    Si vous connaissiez le Temps aussi bien que je le connais moi-même, vous ne parleriez pas de le gaspiller comme une chose. Le Temps est une personne. J'ajouterai même que vous ne lui avez jamais parlé au Temps! Le Temps n'admet pas qu'on le veuille marquer comme le bétail. Alors que si seulement vous étiez resté en bons termes avec lui, il ferait faire aux pendules tout ce que vous voudriez, ou presque. Par exemple, à supposer qu'il soit 9 heures du matin - l'heure de commencer votre travail - , vous n'auriez qu'un mot à dire au Temps, et l'aiguille ferait le tour du cadran en un clin d’œil! Voilà qu'il serait déjà 1 heure et demi, l'heure du déjeuner! 
    Le Temps et moi, nous nous sommes querellés en mars dernier (Il désigne le lapin.) - juste avant que celui-ci ne devînt fou; c'était au grand concert donné par la Reine de Cœur, et je devais chanter: 
     
    (Il commence à chanter en faisant des mouvements avec ses bras.)

    "Impossible
    For a plain yellow pumpkin
    To become a golden carriage
    Impossible
    For a plain country bumpkin
    And a prince to join in marriage
    And four mice will never be four white horses
    Such fol-der-ol and fid-dle-dy dee of course is impossible
    "

    "Impossible
    Pour une citrouille
    De se changer en carrosse doré
    Impossible
    Pour une paysane
    Et un prince de se marier
    Et 4 souris blanches ne feront jamais 4 chevaux blancs
    Cette farandole de fariboles est bien sûr impossible
    "
     
    Je suppose que vous connaissez la chanson? Cela continue, voyez-vous de la façon suivante:
     
    "But the world is full of zanies and fools
    Who don't believe in sensible rules
    And won't believe what sensible people say
    And because these daft and dewey-eyed dopes
    Keep building up impossible hopes
    Impossible things are happening every day"
    "Mais le monde est rempli de fous et d'excentriques
    Pour qui il n'existe aucune logique
    Et n'écoutant aucun conseil pratique
    Et parce que ces candides, ces rêveurs incorrigibles
    Nourissent des espoirs impossibles
    Des choses impossibles arrivent chaque jour"
     
    Eh bien, à peine avais-je terminé le premier couplet, que la Reine sursautais et se mettait à hurler: "Assassin! Il est venu ici avec l'unique intention de tuer le temps! Qu'on lui tranche la tête!" (Rires.)
    Oh, je l'ai déjà perdue! Et depuis lors, le Temps fait tout ce qu'il peut pour me contrarier! Il est toujours 6 heures, désormais.
     
    (Il s'adresse à la montre.)
     
    Tu es affreusement en retard, vilaine. D'ailleurs le Temps, fort contrarié, a décidé de tout arrêter. Depuis, plus un tic-tac.
    (Au lapin.) C'est pour ça qu'il est grand temps de pardonner et d'oublier ou d'oublier et de pardonner, peut importe dans quel ordre d'ailleurs tant que tout le monde est content.
     
    Le monde entier tombe en ruine et ce pauvre chat fait grise mine. J'aurais pas fait une rime?
     
    (Il s'adresse à la montre.)
     
    Je vois que tu n'est plus du tout la même. Tu étais bien plus... plussoyante. Tu as perdu ta plussoyance. Là dedans, quelque chose est parti.
     
    Quand il n'y a "rien", cela ne doit pas être très facile que de reprendre de ce "rien".
     
    (Le Chapelier Fou fini son thé puis s'adresse au public.)
     
    La morale de ceci, c'est: Soyez ce que vous voudriez avoir l'air d'être; ou, pour parler plus simplement: Ne vous imaginez pas être différent de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenu ce que vous êtes.
     
    Excellente i-thé! Thé-rrible! Chapeau-tastique!
     
    (Le Chapelier Fou salut et sort.)
     
     

    votre commentaire
  • On s'ennuit tellement pendant certains cours au lycée qu'il faut bien s'occuper pour ne pas sombrer dans le doux sommeil. Et comme il arrivait que je ne puisse pas dessiner sans que je me fasse griller par le prof, il m'arrivait d'écrire. Cet extrait est le début de l'histoire d'une famille de sorciers. C'est en quelque sorte une fanfic des "Sorciers de Waverly Place"!
    Spéciale dédicace à Sarah à qui j'ai pris son prénom pour l'héroïne!
    wink

    LAS

     - Sarah, dépêche-toi! Tu vas être en retard!

    Appuyée contre la porte de la chambre, Hélène Goldward observait sa fille d'un air amusé. La pièce, normalement bien rangée, semblait avoir été mise sans dessus-dessous par un ouragan. Des vêtements jonchaient le sol. Une paire de chausures avait même renversé une pile de vieux livres dans la poubelle tandis que le lit avait déjà disparu sous une tonne de T-shirts et d'autres vêtements.
    L'adolescente essayait depuis une bonne demi-heure tous les vêtements qui se présentaient à elle puis les jettait par-dessus son épaule après avoir décidé que finalement, elle ne les mettraient pas aujourd'hui. En ce moment, elle faisait face au miroir et essayait de faire son choix parmis les deux vestes qu'elle tenait à la main. Elle se retourna vers sa mère en soupirant:

     - Maman! C'est la cata! Je n'ai rien à me mettre!
     - Tu plaisantes, j'espère! Tu possèdes tellement de vêtements qu'on pourrait ouvrir une boutique de mode! C'est à se demander comment tous ces vêtements tiennent dans ta penderie!

    La mère de Sarah ramassa une robe violette qui traînait par terre et la désigna à sa fille:

     - Regarde-moi ça! Tu as acheté ça il y a deux semaines et tu ne l'as pas mise une seule fois!
     - Parce que j'attends la bonne occasion pour la porter, répliqua la jeune fille avant de reporter son attention sur le miroir.

     - Quoi qu'il en soit, dépêche-toi! Ton frère est déjà parti et je ne pourrais pas t'emmener au lycée. J'accompagne Chris et Pauline au collège.

    Hélène sortit de la chambre et Sarah observa attentivement ses deux vestes. Veste bleue ou veste blanche? Elle choisit finalement la blanche. Elle passa un coup de gloss sur ses lèvres, attrappa son sac et fila à toute vitesse vers le lycée...

     ***

    Elle entra juste au moment où le professeur de physique-chimie allait refermer la porte. Elle s'excusa et alla s'asseoir au fond à côté de sa meilleure amie Aurélie.

     - Juste à temps, lui glissa celle-ci. Comment fais-tu pour arriver en cours in extremis à chaque fois?
     - Et toi, comment fais-tu pour arriver toujours avant moi? demanda Sarah.
     - Je prends le bus à l'heure, moi!
     - Et bien moi, tous les bus doivent comploter contre moi. A chaque fois que je tourne au bout de la rue, il s'en va comme si j'avais une maladie contagieuse.
     - Silence, s'il vous plaît! Je vais faire l'appel.

    Les deux adolescentes se turent et n'échangèrent plus un mot pendant tout le reste du cours. A la fin de l'heure, le professeur distribua les interrogations écrites du cours précédent pendant que les élèves rangeaient leurs affaires. Sarah pris la copie que lui tendait le professeur et se rendit au cours suivant avec Aurélie.

     - Combien t'as eu? demanda la jeune fille.
     - 7 sur 10! J'ai eu de la chance! J'avais révisé les formules juste avant le cours. Et toi?

    Sarah brandit sa copie devant le nez de sa copine qui poussa un sifflement.

     - 2 sur 10! Difficile de trouver du bleu avec tout ce rouge!
     - Qu'est ce que je vais faire? se lamenta Sarah. Si mes parents voient cette note, ils vont encore me sortir leur discours "Il faut que tu travailles d'avantage pour réussir... bla bla bla." Je peux toujours la déchirer où la cacher quelque part...
     - Ou alors, tu peux faire une fugue avant qu'ils ne découvent ta copie. Tu t'installes à l'autre bout du pays et tu ne rentres chez toi que lorsque tu auras eu ton BAC!


    3 commentaires
  • Il y a deux mois, j'ai eu l'idée d'écrire une aventure sur un étudiant agent secret qui devrait empêcher la fin du monde. Mais avec le travail que j'avais à faire pour la FAC, j'ai jamais eu le temps d'aller plus loin que ce début d'histoire. Et puis, toute cette histoire sur la fin du monde propagée par les médias, ça a commencé à me fatiguer et j'ai abandonné l'idée...

    2012 JAS
     
     Le prof commença son cours mais Jeremy ne l'écoutait déjà plus. Il s'ennuyait terriblement depuis qu'il avait commencé la FAC. Il détestait ces amphis remplis d'étudiants mal rasés avec des chemises à carreaux et des vestes en cuir usées en train d'écrire des notes tandis que les professeurs récitaient leur cours d'une voix monotone sans se préoccuper de ce qui se passait dans la salle.
     
     Au premier regard, Jeremy était un étudiant ordinaire parmi d'autres. Il avait des cheveux courts noirs, des yeux dorés et portait une veste en cuir noir par dessus un T-shirt des Rolling Stones ainsi qu'un jean et des baskets montantes. C'était un garçon athlétique et très intelligent. Il faisait parti de l'équipe de basket de la FAC et avait des notes acceptables pour un premier semestre. Mais à part ça, personne ne savait grand chose de lui. Pas même les autres élèves de sa filière de droit. Il faut dire qu'il ne parlait pas beaucoup avec les autres. 
     
     En fait, personne ne le savait mais Jeremy menait une double vie. 
     
     Sa vie d'étudiant n'était qu'une couverture.

     En réalité, Jeremy était un agent secret.
     
     Depuis deux ans, il avait suivit un dur entrainement pour devenir un vrai agent secret, prétextant des cours particuliers d'anglais bien qu'il décrochait toujours de bonnes notes. Il avait appris l'utilisation des gadjets, comment espionner un suspect et le suivre sans se faire remarquer ainsi que tout les arts de combats. Il avait déjà participé à quelques missions secrètes tout en continuant de suivre les cours au lycée. Au final, il avait réussi son BAC avec mention et obtenu en même temps sa carte officielle d'agent secret en mettant hors d'état de nuire un groupe de terroristes.
     
     Mais depuis qu'il était à l'université, plus rien. La C.I.A.S. (Central Investigation Association Secret), une organisation secrète de la C.I.A. pour laquelle il travaillait, ne lui avait pas confié une seule mission depuis quatre mois. Même pas une mission de repérage ou de filature d'un suspect. Rien. Jeremy avait songé à les contacter mais il ne l'avait pas fait. On ne dérange pas la C.I.A.S. pour rien!
     
     Vrrrrrr.... Vrrrrrrrrrr... Vrrrrrr....
     
     Jeremy sentit la poche de son jean vibrer. Le prof marqua une pose au beau milieu de sa phrase et plusieurs visages se tournèrent vers lui. Gêné, Jeremy sortit son téléphone de sa poche et sortit de l'amphi sous le regard des élèves. Une fois dans le couloir, il décrocha avec la ferme intention d'étrangler par téléphone la personne au bout du fil. 
     
     - "Le caméléon a choisit une mouche pour organiser une surprise-party." La voix au bout du fil était celle d'une femme.
     
     Quiconque aurait entendu ça au téléphone aurait raccroché immédiatement ou conseillé à l'inconnue d'aller se faire voir ailleurs. Mais seul Jeremy pouvait comprendre le sens de ces paroles étranges.
     
     - "Et où et quand a lieu la fête?" demanda t-il avec un sourire.
     
     - "Dans 3 minutes exactement. Devant le Secrétariat des Etudiants." et la voix raccrocha.
     
     Jeremy rangea son portable dans sa poche. Un sourire se dessina sur ses lèvres. La suite allait être plus intéréssante. 
     
     Il retourna dans l'amphi pour récupérer son sac et ses affaires et sorti sous le regard agacé du professeur et de quelques élèves interloqués. Ça n'allait pas améliorer son image à la FAC mais il s'en moquait. Il délaissait les cours barbants pour quelque chose de bien plus intéressant.
     
     Il avait une mission.

    2 commentaires
  • J'ai écris ce chapitre pendant les vacances de Noël en 2010. Depuis la rentrée scolaire, je baignais dans l'univers de la saga "Tara Duncan" et du dessin animé "Huntik Seekers & Secrets". Ma passion pour ces deux séries a donné naissance à "Waznit et les Chasseurs" qui devait raconter les aventures d'un lycéen de 15 ans qui découvre qu'il est un Chasseur de Monstres.
    Mon imagination n'a jamais été plus loin qu'un potentiel chapitre 4 et finalement j'ai arrêté d'écrire au début du second chapitre. Malgré tout, j'aime bien l'intrigue principale et j'espère bien un jour reprendre cette histoire inachevée...

    W Chap1

    CHAPITRE 1: La Rencontre

    Je m'appelle Waznit, j'ai 15 ans et je suis un Chasseur. Enfin, Waznit n'est pas tout à fait mon vrai nom. C'est mon surnom, un pseudo ou plus précisément mon prénom magique...
    Je l'ai créé à l'aide d'un livre de numérologie. C'est très simple; chaque lettre de l'alphabet correspond à un chiffre de 1 à 9 et vice-versa. En faisant tout un tas d'additions, on finit par obtenir un mot de six lettres qui est votre prénom magique...
    Je vous ai dis que je suis un Chasseur. C'est vrai! En fait, personne ne le sait mais je possède une sorte de don très particulier. Par exemple, il m'arrive de deviner à l'avance ce que ma mère a préparé à manger rien qu'en sentant la douce odeur qui s'échappe de la cuisine. Il m'arrive également d'avoir des hallucinations pendant un dixième de seconde où je vois de drôles de créatures se balader en ville. Mes parents pensent que j'ai beaucoup d'imagination et ils n'y font plus attention.
    Pourtant, je sens bien au fond de moi que je ne suis pas comme les autres. En effet, si on peut considérer que je suis juste un garçon avec un odorat développé et beaucoup d'imagination, il est difficile de nier le fait qu'il se passe toujours des choses bizarres autour de moi. D'aussi loin que je me souvienne, ça m'arrive depuis toujours!

    J'ai commencé à prendre conscience de mes pouvoirs lorsque j'étais au collège. Le prof de technologie nous faisait cours - ou plutôt il essayait - lorsqu'il m'a surpris en train de passer un message à un copain. Il a commencé à m'engueuler, à m'insulter et il m'aurait sûrement mis une heure de colle si la sirène de l'alarme anti-incendie n'avait pas sonnée. Au bout de quelques minutes, le surveillant nous a dit qu'il ignorait comment l'alarme avait bien pu se déclencher et la directrice a décidée de fermer le collège pour la journée. Le plus incroyable, c'est que le professeur m'avait complètement oublié!
    Puis petit à petit, j'ai pris conscience de mes pouvoirs et j'ai essayé de les maîtriser à l'aide de manuels de magie. Je ne me prenais pas pour Superman qui va sauver le monde! Jusque là, mes facultés avaient l'air de se manifester par pur hasard ou sous le coup d'une émotion forte.
    Mais ma vie a vraiment changée lorsque je suis arrivé au lycée...

    C'était la première semaine de la rentrée scolaire. Je me retrouvais dans un établissement au milieu de gens que je ne connaissais pas. Je passais la journée à me demander ce que je faisais là et pourquoi j'avais choisi d'aller dans un lycée qui se trouvait à l'autre bout de la ville et où je ne connaissais absolument personne, au lieu de prendre celui de mon quartier où étaient allés tous mes amis. Bref, je n'étais pas à mon aise et je ne savais pas si j'allais pouvoir survivre dans ce nouvel univers.
    Nous étions en cours d'anglais lorsqu'une fille à côté de moi m'a fait un sourire. Je n'ai pas tout de suite réagit car je suis très timide avec les filles. Pourtant, je n'ai pas trop à me plaindre de mon physique. Je suis grand, mince, j'ai des cheveux bruns et les yeux bleus et j'étais vêtu ce jour-là d'un sweat à capuche bleu et d'un jean.
    Mais cette fille-là était vraiment superbe. Pas le genre de fille qui ressemble à un top model, mais le genre de fille "naturelle"! Elle avait une longue cheveulure rousse parsemée de mèches blondes, de beaux yeux gris-turquoise et un sourire resplendissant. Elle portait un sweat mauve, un jean sombre ainsi que des bottes en cuir noires. J'ai tout de suite sentis mes joues s'embraser tandis que ma gorge se nouait et que mon estomac faisait un double saltaut. Je lui ai rendu son sourire et elle a reportée son attention sur le cours.

    Je suis resté trois bonnes minutes à la regarder bêtement puis la cloche a sonnée, annonçant le début de la récréation. J'ai noté les devoirs dans mon agenda, rangé mes affaires et je suis sortit lentement de la salle de cours. Bizarrement, la belle rousse avait mystérieusement disparue. Moi, qui pensais que j'avais enfin un ami dans ce lycée! Un peu déçu, je me suis dirigé vers le C.D.I. qui était devenu mon lieu de prédilection au lycée.
    En fait, j'adore les livres, les récits d'aventure, de magie et de mystères. Malheureusement, à part quelques vieilles BD, il n'y avait rien d'autre que des manuels scolaires, des dictionnaires, des bouquins d'orientation et plein d'autres ouvrages dont le titre suffit à vous faire bâiller.
    Finalement, j'avais finit par adopter les ordinateurs où les élèves pouvaient surfer sur Internet à loisir. Je me suis donc assis sur un siège pour voir l'écran devenir d'un coup tout noir.

    "Super, me suis-je dis. L'ordi vient de buger juste sous mon nez!"

    Mais les autres ordinateurs rencontraient aussi le même problème. La responsable du C.D.I. a essayé de refaire démarrer le système informatique mais plus rien ne fonctionnait. C'est à ce moment précis que j'ai vu apparaître sur tous les écrans des sortes de petits démons d'un vert électrique. Sauf, que ça n'avait rien à voir avec un virus informatique!
    Les problèmes se sont vite précipités lorsque ces créatures ont commencé à sortir des écrans. La première chose  qui m'est venue à l'esprit a été de crier mais un groupe de filles qui lisaient à côté m'a vite devancé. Tous les élèves se sont rués vers la sortie tandis que moi, je me retrouvais seul face à cette invasion de monstres.
    Bizarrement, les démons semblaient beaucoup plus intéresses par moi que par les autres. Ils se sont mis en cercle autour de moi en affichant un sourire mauvais... et ils m'ont attaqué!
    L'un d'eux a bondit sur ma tête et a mis ses mains devant mes yeux. J'en ai sentis deux autres qui s'agrippaient à mes bras pour m'empêcher de me débattre tandis qu'un autre a enfoncé ses crocs pointus dans ma jambe gauche. J'ai hurlé de douleur.

    "Rayon Paralysant!" cria une voix derrière moi.

    Les monstres m'ont lâché comme balaillés par une vague d'énergie. Je me suis retourné et j'ai reconnu la fille rousse de tout à l'heure. Sauf que, si je la trouvais jolie tout à l'heure, là, elle faisait carrément flipper.
    Ses cheveux ondulaient comme secoués par le vent et ses yeux ainsi que ses mains étaient illuminées par une étrange lueur violette. A côté d'elle, se tenait un jeune garçon un peu maigre. Vêtu d'une veste en cuir et de converses, il avait de longs cheveux noirs, un nez fin et observait de ses yeux bruns la scène qui s'offrait à lui comme si elle n'avait aucune importance.

    Les gobelins sont tout de suite repartis à l'attaque. Caché derrrière une table, je vis les nouveaux venus se jeter dans la bataille.Le garçon donna un coup de poing à un monstre puis il se baissa afin d'esquiver une attaque avant de lancer une chaise sur un groupe de monstres puis de les achever avec un éclair de lumière verte. La fille désintégrait les créatures à coups de rayons d'énergie violets. Lorsqu'elle avait besoin de se protéger, un bouclier ovale apparaissait devant elle.

    Soudain, mon regard fut attiré par le lustre électrique sur lequel s'était hissé un des lutins. Avec un large sourire, il agita ses doigts crochus et une lance constituée d'éclairs bleus apparut dans sa main. Il allait frapper la fille! Et bien sûr, cette dernière était bien trop absorbée par le combat pour s'en apercevoir!
    Sans réfléchir, je me suis jeté hors de ma cachette et j'ai courus vers la fille pour la pousser sur le côté. Nous avons atterrits tous les deux au sol. La fille me jeta un regard furieux avant de voir la belle trace de brûlure sur la moquette.
    Malheureusement, les créatures ne renoncèrent pas pour autant et l'une d'entre elles fonça sur moi! J'ai mis mes bras devant moi pour me protéger tout en priant le ciel que ces choses disparaissent. Il faut croire que j'ai été exhaussé puisqu'il y eut un grand flash de lumière et lorsque j'ouvris mes yeux, le monstre et plusieurs de ses potes étaient réduis en poussière. Inconsciemment, j'avais utilisé mes pouvoirs.

    "Comment est-ce que tu as fais ça?" s'exclama la jeune rousse.

    Non mais elle rigole où quoi! Qui c'est qui fait de la magie depuis cinq minutes? C'est elle! Pas moi! Enfin si, maintenant mais quand même qu'est ce que ça a d'étonnant?
    Un groupe de gobelins s'acharna sur une étagère de la bibliothèque afin de la faire tomber sur nous. Cette fois, je savais ce que je devais faire. Je brandis les mains au dessus de ma tête et cette fois ci, je sentis ma magie œuvrer. Une sphère bleue se forma autour de nous et l'étagère et les livres volèrent dans toute la pièce. Puis le bouclier se mit à grandir à toute allure en anéantissant au passage tous les monstres.

    Nous sommes restés là tous les trois à regarder bêtement le C.D.I. transformé en champs de ruines. Puis le garçon avec la veste en cuir sembla se réveiller et il utilisa ses pouvoirs pour tout remettre en ordre. La belle rousse m'aida à me relever et me fit un grand sourire.

    "Whoa! Ca c'est ce que j'appelle du travail de pro! Merci beaucoup pour ton aide! Je m'appelle Ubenyx. Et toi, c'est quoi ton nom de code?"


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique