• Truth Or Hair: Le Chapitre 1 et 2 en traduction française!

    Chapitre 1: Une Bookish à Book End
    *  *  *

     Selon la dernière édition du Guide de Voyage en Tapis Volant, Ever After High était considéré comme l'école la plus pittoresque de tous les royaumes de conte de fée. Un lieu majestueux, construit à partir de pierres anciennes et ornée de jardins décoratifs et d'étangs étincelants. Mais même si la plupart des étudiants la considéraient comme un foyer loin de leur maison, ils savouraient le fait de quitter le campus en ce moment pour échapper aux pressions du travail scolaire ainsi qu'à l'œil toujours vigilant du directeur, Milton Grimm. Le village voisin de Book End était souvent leur premier choix pour une escapade - juste à deux pas du pont gardé par le troll et d'un chemin bordé d'arbres.

     Book End appartenait à une époque révolue, avec ses toits de chaume, ses extérieurs en pain d'épice, et ses ruelles pavées. Mais les installations modernes pouvaient aussi bien s’y  trouver, avec des magasins vendant des gadgets technologiques alimentés par la magie, des boutiques pop-up transportant les derniers accessoires à la mode, et des serveuses accompagnant de lait toute boisson qui arrivait à être tendance ce jour-là. En un clin d'œil, un visiteur pouvait voir des choses curieuses, comme une théière volante dans la rue, ou un chevalier en armure étincelante en train d’acheter des chaussures. La Boulangerie du Haricot Magique, le Salon de Thé & Boutique de Chapeaux du Chapelier Fou du Pays des Merveilles ainsi que le Hocus Latte Café étaient tous des endroits populaires où les élèves aimaient traîner. La plupart du temps, le village fourmillait d'activité.

     Holly O'Hair, fille de la célèbre Raiponce aux cheveux bouclés, se tenait devant Yarns and Noble, son magasin préféré à Book End. Ses cheveux au-bruns ondulés tombaient sur ses épaules et formaient comme une cape dans son dos. Elle se tenait appuyée contre une fenêtre, ses yeux verts grand ouverts, car elle venait de faire une heureuse découverte. La vitrine de la boutique présentait le dernier livre de l'auteur préféré de Holly, Shannon Tale. Le roman était la conclusion tant attendue de la Trilogie de Princesse de Ms.Tale. Holly espérait qu'un jour elle publierait elle aussi un livre et qu’il serait exposé dans la vitrine de Yarns and Noble. Après avoir écrit des centaines d'histoires, Holly avait réduit le nombre de ses préférées à douze, le nombre parfait pour une collection. Elle connaissait déjà le titre. Contes de la Tour par Holly O'Hair. Elle avait souvent rêvé d'avoir un événement spécial dans une librairie, où elle donnerait un petit discours et puis elle lirait quelques pages. La famille et des amis y assisteraient. Des acheteurs se tiendraient en ligne, attendant de se faire signer des livres, tout comme elle l'avait fait tant de fois pour d'autres écrivains. Quelle belle journée ce serait.

     Son MirrorPhone sonna, la réveillant de son rêve éveillé. "Chérie!" La voix beuglante depuis le haut-parleur appartenait à une femme nommée Edith Broomswood. Et le visage verdâtre qui apparaissait sur l'écran appartenait également à Edith Broomswood. Autrefois membre de la communauté des sorcières, Mme Broomwood avait rangé ses potions et chapeaux pointus afin de devenir un puissant agent littéraire pour stars. "C’est bien Holly O'Hair?"

     "Oui," déclara Holly. Elle déglutit. Elle avait envoyé ses douze histoires à Mme Broomswood il y a cinq semaines. Afin d'obtenir la publication de sa collection d'histoires puis la vente dans un magasin comme Yarns et Noble, elle devait d'abord se procurer un agent littéraire. Les recherches d'Holly avaient été fastidieuses. Mme Broomswood lui avait été chaudement recommandée. Et elle représentait de nombreux auteurs à succès, dont Shannon Tale, alors elle devait être compétente.

     "Chérie, je viens de terminer de lire tes histoires, et je me sens comme un champignon sous la pluie."

     Holly devait penser à cette métaphore pour un moment. "Est-ce que cela veut dire que vous les avez *aimez*?"

     "Si je les ai aimés?" répondit Mme Broomswood avec un grognement. Elle tenait le téléphone si près de son visage que Holly pouvait voir son nez très long. "Je les adore! C'est le must. Le nec plus ultra!"

     Un frisson d'excitation parcourut le dos d'Holly. Depuis qu'elle avait envoyé ses histoires au bureau de Mme Broomswood, elle vérifiait ses messages avec obsession dans l'attente d'une réponse. Est-ce que le célèbre agent voudrait aider Holly à être publiée? Jusqu'à présent, elle n'avait pas eu un seul mot de Mme Broomswood. L'attente avait été atroce. Holly désirait entendre n'importe quoi. Même si c'était un grand refut, au moins elle aurait une réponse.

     "Je dois vous avoir comme cliente," déclara Edith Broomswood. Elle marchait et parlait en même temps, de sorte que le téléphone se déplaçait de haut en bas. Holly eut un aperçu de son étincelant bureau en haut d'une tour, puis d'un porte-documents, puis à nouveau le nez de Mme Broomswood. "Je veux vendre vos histoires à un éditeur et vous rendre riche et célèbre!"

     Être riche et célèbre n'était pas le but d'Holly dans la vie. Mais être publiée, eh bien, c'était son rêve. L'année dernière, elle avait créé un blog intitulé Fairytale Fangirl. Chaque mois, elle prenait un conte de fées bien connu et elle lui donnait un truc à la Holly O'Hair - ce qui signifie qu'elle a changeait un élément ou deux, la transformant ainsi en une toute nouvelle histoire. Ecrire était son truc préféré. Après avoir passé la majeure partie de sa vie scolarisée en haut de sa tour, montrer ses histoires avait été effrayant. Mais tous les commentaires positifs sur son blog avaient contribué à bâtir sa confiance. Elle commençait à se sentir comme un vrai écrivain. Et maintenant, cet appel téléphonique était la plus grande surprise de tous. Cela pourrait-il vraiment se produire? Mme Broomswood pouvait vendre sa collection d'histoires à un éditeur? Holly s'adossa contre le mur extérieur de la librairie tandis qu'un vertige d'excitation s'abattait sur elle.

     Mme Broomswood continuait de parler en marchant. "Néanmoins, tout d'abord, vous devez signer un contrat d'accord avec moi, pour me permettre de vous représenter en tant que votre agent littéraire." Un morceau de papier apparut sur l'écran du MirrorPhone. "Pas besoin de le lire, chérie. C'est le même contrat que j'utilise pour tous mes clients."

     "Même Shannon Tale?"

     "Exactement!"

     C'était une bonne nouvelle en effet. Holly signa avec un doigt tremblant. Le contrat disparut et le visage de Mme. Broomswood remplit à nouveau l'écran. "Excellent! Je vous appellerai dès que j'aurai un contrat pour vous." Mme. Broomswood cogna l'écran avec son menton pointu. "Assurez-vous d'avoir votre téléphone à tout moment!"

     "Oui, bien sûr," répondit Holly. "Je ne le perdrai pas de vue." Elle retint des larmes de joie. "Mme. Broomswood, combien de temps pensez-vous que cela prendra?"

     "Il n'y a aucun moyen de le savoir. Et il n'y a pas de garanties. Bien que je pense que vos histoires sont succulentes, tout le monde n'aime pas les classiques. Préparez-vous à l'échec  - c'est ce que je dis à tous mes clients. Si vous êtes frappé par un éclair de rejet, il est préférable d'être fermement debout sur le sol de la réalité plutôt que de flotter sur un nuage de rêveries lorsqu'il frappe." Elle ricana.

     Ça sonnait comme un bon conseil pratique. Mais rêvasser était une autre des activités favorites d'Holly. "Merci," déclara Holly.

     "Broomswood terminé!" L'appel prit fin.

     Juste pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas, Holly se pinça. Une douleur aiguë piqua sa main. Yep, c'était bien réel. Elle regarda avec envie la vitrine de la librairie. Si tout allait bien, un jour son livre, Les Contes de la Tour, y serait exposé.

     Son MirrorPhone sonna à nouveau. Cette fois, c'était une alarme l'alertant qu'elle était en retard pour son rendez-vous. Elle sourit. Non seulement elle avait eu un appel téléphonique incroyable, mais elle était sur le point de voir la personne qu'elle préférait le plus dans le monde entier.

     Cette matinée se révélait être sort-taculaire!

     

    ............................................................................................................................................

     

    Chapitre 2: Un Sparrow Dans Les Escaliers
    *  *  *

    Après avoir traîné ses longs cheveux derrière ses épaules, Holly commença à traverser la route, évitant soigneusement les ravins et les trous où les pavés s'étaient détachés. Sa destination était la tour de pierre qui se trouvait au centre de Book End. Elle était grande, comme les tours ont tendance à l'être, et surmontée de tourelles. Il y avait trois commerces, comme en témoignait le panneau à l'entrée de la tour, mais Holly ne s'intéressait qu'à l'un d'entre eux: celui de la Suite C.

     Suite A: MR. POP ET MR. WEASEL, FOURNISSEURS DE MÛRIER

     Suite B: DIDDLE DIDDLE FIDDLE RÉPARATION

     Suite C: SALON DE COIFFURE DE LA TOUR

     Holly entra dans le hall. Elle était venue là tellement de fois qu'elle en avait perdu le compte. Sa destination pour cette visite, comme pour toutes les visites précédentes, était la suite C, qui se trouvait au tout dernier étage. Monter les escaliers ne la dérangeait pas. L'ascension des tours était un don qui était ancré dans son ADN. Que ce soit en commençant son éducation à la maison dans une tour, visiter la tour historique de sa mère, ou se rendre à la tour de son dortoir actuel, c'était toujours un pas après l'autre, l'un après l'autre. Ce qui était ironique, c'est qu'elle était née avec une peur de l'altitude. Ce n'était pas une peur paralysante, mais plutôt un désagrément qu'elle avait apprit à gérer. La meilleure façon de garder sa peur à l'écart était de ne pas regarder par les fenêtres pendant le périple, car cela ne manquerait pas de la rendre nerveuse. Au lieu de cela, elle se concentra sur ses pieds et fredonna. Dommage que monter les escaliers ne soit pas un sport scolaire officiel, pensa-t-elle en remontant les escaliers. Elle était tellement excitée à propos de l'appel-miroir de Mme Broomswood qu'elle fredonna plus fort.

     Cet escalier particulier était construit en pierre. Chaque marche avait été usée par des générations d'étudiants qui avaient parcourut ce même chemin vers le salon, ayant besoin d'une coupe ou d'un look tout à fait nouveau. Le Salon de Coiffure de la Tour avait été témoin de tous les styles - implantation féerique de cheveux, coupe au bol de porridge, et pixie-permanente, pour n'en nommer que quelques-uns. L'escalier était raide et étroit. Les vitraux projetaient des rayons de lumière jaune, rose et bleu, éclairant le chemin. Quelques pas plus loin, le lionceau de Holly, Clipper, poursuivait une araignée. Holly venait juste de le prendre au Centre d'Accueil des Créatures, et il était plein d'énergie comme d'habitude. Ses oreilles en alerte, sa croupe toute excitée, Clipper s'apprêtait à bondir. Mais l'araignée trouva une crevasse à temps et disparut. Le lionceau grogna de frustration. "Tu auras plus de chance la prochaine fois," lui dit Holly.

     Holly sourit. Elle avait reconnu l'écriture. C'était comme ça que sa soeur jumelle, Poppy, lui fournissait des mots d'encouragement. Poppy travaillait au Salon de Coiffure de la Tour en tant que styliste. Même si beaucoup de ses clients trouvaient l'excursion fatigante, ils étaient prêts à transpirer pour se faire coiffer par la styliste la plus populaire de Book End. Holly se mit à rire. Les escaliers sont tellement mieux que d'escalader une corde tressée avec des cheveux, pensa-t-elle. Ce qui était exactement ce que son futur prince était censé faire. Mais son prince, quel qu'il soit, pouvait être sûr que le jour venu, même s'il était affublé d'une armure, la tresse de Holly serait capable de supporter son poids. Sous les directives de sa mère, Holly s'était entraînée à tresser ses somptueuses boucles avec une technique dont Raiponce avait déposé le brevet. La tresse qui en résulterait fournissait des points d'appui parfaits pour l'ascension du prince. "Ne t'inquiète pas," avait dit Raiponce à Holly quand elle n'avait que sept ans. "J'ai fais des améliorations. Si tu suis ma technique de tressage, il n'y aura presque pas de tiraillement sur ton cuir chevelu. Ce ne sera pas douloureux pour toi, ma chérie."

     Poppy avait regardé la leçon de tressage. "Pourquoi le prince n'utilise-t-il pas une échelle?" avait-elle demandé. C'était une question parfaitement logique. "Nous avons beaucoup d'échelles dans le verger. J'en ai grimpé une hier pour voir une ruche."

     "Monter une échelle ne fait pas partie de l'histoire," avait expliqué Raiponce.

     Poppy s'était mordu la lèvre, ce qu'elle faisait souvent lorsqu'elle était plongée dans ses pensées. "Eh bien, s'il ne peut pas utiliser une échelle, il y a beaucoup d'autres façons de pénétrer dans la tour. Pourquoi il ne volerait pas sur un Pégase? Ou sur un tapis volant? Ou, je ne sais, pourquoi il ne prendrait pas juste les escaliers? Hein? Pourquoi est-ce qu'il doit grimper avec les cheveux de Holly? C'est trop bizarre."

     Holly attendait la réponse car elle s'était demandée exactement la même chose. Raiponce avait attiré Poppy sur ses genoux et lui avait fait un gros câlin. "J'adore ton esprit curieux," avait-elle dit à son autre fille. "Je suppose que le prince pourrait utiliser ces autres moyens, s'il le voulait. Ce n'est pas à Holly de décider comment elle sera sauvée, mais elle lui offrira ses cheveux, car c'est ainsi que l'histoire se déroule."

     Il y en avait qui ne comprenaient pas une telle tradition. Certains croyaient que le fait d'être destiné à être sauvée était un scénario passé de mode. Beaucoup d'étudiants actuels d'Ever After High planifiaient leurs propres histoires, prenant des mesures audacieuses en territoire inconnu. Cette tendance était un sujet de discussion constant. Mais la vérité était que Holly ne voyait pas cela comme quelque chose de "démodé". Elle était destinée à faire partie d'une histoire d'amour classique, et c'était un honneur. D'ailleurs, son destin ne l'étouffait en aucune façon. En tant que membre de l'équipe cheerleading, secrétaire du Conseil des Élèves Royaux et écrivaine en herbe, elle perfectionnait de nombreuses capacités et menait une vie bien équilibrée. Même si avoir les cheveux ayant la croissance la plus rapide de tous les royaumes était sa marque de fabrique, il y avait beaucoup plus pour elle que cela.

     "Whoa!" fit une voix.

     Sparrow Hood, fils de Robin des Bois, connu pour ses talents de cleptomane, descendait les escaliers. Il fredonnait aussi pour lui-même, et il bougeait si vite qu'il n'eut pas le temps de s'arrêter. Il trébucha sur Clipper et perdit momentanément son équilibre. Et commença à tomber...

     "Oh non!" cria Holly. Sans même y penser, elle tendit la main et attrapa Sparrow avant qu'il ne dégringole l'escalier raide. Agitant les bras, Sparrow faillit renverser Holly alors qu'il tentait de retrouver son équilibre sur une marche étroite. Mais Holly réussit pourtant à rester debout, même lorsque Sparrow lui saisit les coudes et prit appui sur elle.

     Il s'en était fallut de très peu. En parlant de ça, les clous de la veste en cuir de Sparrow lui piquaient le bras. "Hum, je pense que tu es stable maintenant. Est-ce que ça te dérangerait de me lâcher?"

     "Oh, oui. No problemo." Il sourit d'une manière diabolique. Holly fronça les sourcils. Allait-il au moins lui dire merci de l'avoir sauvé? Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas Sparrow; c'était juste qu'il était, eh bien, différent de la plupart des garçons avec lesquels elle avait grandi. Premièrement, ce n'était pas un Royal. Deuxièmement, il ne participait pas à des activités royales, telles que le polo sur Pégase et les cérémonies de couronnement. Troisièmement, son destin était de voler la royauté, comme son père l'avait fait avant lui. Quatrièmement, tout chez lui, de ses bottes cloutées à sa musique en passant par son bouc, était rebelle.

     C'était, dans tous les sens du terme, le bad boy du campus. Et, selon l'humble avis de Holly, il essayait beaucoup trop abondamment de maintenir cette réputation.

     Ils se regardèrent l'un et l'autre. Alors que son froncement de sourcils s'accentuait, Sparrow commença enfin à reculer, mais son bracelet en cuir se retrouva emmêlé dans les cheveux d'Holly. "Ne tire pas," lui dit-elle. "Laisse moi faire." Elle était experte en démêlage. La plupart de ses journées incluaient toute sortes d'incidents capillaires - quelqu'un trébuchant sur ses tresses, ou s'asseyant dessus, ou étant momentanément aveuglé par eux à cause d'une rafale de vent. Les jours venteux étaient les jours que Holly aimait le moins parce que les feuilles restaient coincées dans ses boucles et il fallait une éternité pour les retirer.

     "Cela ferait une chanson géniale," songea Sparrow en regardant son démêlage. Puis il commença à chanter: "GIRL! Tes cheveux sont partout sur ma FACE! Pourquoi prennent-ils autant de PLACE?"

     "Excuse-moi?" Holly allait faire remarquer à Sparrow que ses cheveux étaient "partout sur son visage" parce qu'elle venait de le sauver de sa chute dans les escaliers. Puis elle se ravisa. Elle prit une profonde inspiration et redressa son diadème. Elle ne se sentait pas en colère contre Sparrow. Comment pourrait-elle? Après un incroyable appel téléphonique de Mme Broomswood, rien ne pouvait assombrir son humeur. D'ailleurs, Sparrow était probablement juste embarrassé d'avoir trébucher devant elle. "Je crois que Clipper s'est peut-être mit en travers de ton chemin et c'est pour ça que tu as trébuché. Je suis désolée pour ça!"

     "Ouais, c'est définitivement ce qui s'est passé. Tu devrais le garder en laisse."

     "J'ai essayé, mais il les ronge toujours. D'ailleurs, cela va à l'encontre de sa nature d'être en laisse."

     Sparrow haussa les épaules. "Je suppose que nous, les félins, devons nous balader en étant libres." Il saisit sa guitare par-dessus son épaule, qui avait été suspendue contre son dos, et joua un accord. "LIBRES!" Il chantait faux. "Hey, qu'est-ce qu'tu vas faire quand il se transformera en un lion adulte?"

     "Oh, ça n'arrivera jamais. Clipper est sous un charme qui fait qu'il sera toujours un petit lion." Elle sourit poliment. "Bon, ben, j'ai besoin de..." Elle essaya de contourner Sparrow, mais l'espace était trop restreint.

     "Hey, tu devrais absolument écouter ma nouvelle chanson. Je vais la chanter lors de mon prochain concert." Sparrow avait un groupe de rock indépendant appelé Sparrow et les Merry Men. Ils faisaient des petits concerts occasionnel par ici et là, mais ce serait leur premier grand concert. Jusqu'à présent, les ventes de billets étaient modérées. La musique de Sparrow n'était pas la musique préférée de tout le monde. En fait, ce n'était la musique favorite de personne, autant que Holly pouvait le dire, mais le concert avait une levée de fonds, alors acheter des billets signifiait soutenir une bonne cause.

     "Je n'ai vraiment pas le temps. Je suis déjà en retard pour mon rendez-vous," commença à expliquer Holly, mais Sparrow joua quelques accords perçants. Ils se répercutèrent dans l'escalier. "GIRL!" il chanta. "Tu as bouleversé mon monde de conte de fées!" D'autres d'accords. "Mon cerveau en est complètement retourné!" L'écho était trop fort. Les dents de Holly commencèrent à vibrer. "Tu..." Il arrêta de chanter. "J'essaie toujours de travailler sur mes rimes."

     "Euh, c'était vraiment..." Beaucoup d'adjectifs lui passèrent par la tête - perçant, rauque, désagréable. "Intéressant, c'était vraiment intéressant", dit-elle finalement. Sparrow fit un clin d'œil. "Quoi qu'il en soit, c'était bien de bavarder avec toi mais je suis en retard." Holly en savait assez sur Sparrow pour savoir qu'il pourrait rester là toute la journée, à chanter, si elle le laissait faire. Il vivait et respirait sa musique. Une telle passion était admirable, mais son style de musique n'était pas exactement sa tasse de thé. Elle était plus traditionnelle dans ses goûts. Une ballade romantique, accentuée par un luth et une mandoline, était toujours attachant. "Si tu veux bien m'excuser," dit-elle poliment "J'ai un rendez-vous avec ma sœur."

     "Hey, coïncidence totale. Ta sœur vient juste de me couper les cheveux. Qu'est-ce que tu en penses?" Il prit la pose comme pour un shooting de mode. "Je trouve ça rock." Il avait clairement cherché à avoir ce look "je viens juste de me réveiller et je m'en fous". Poppy avait ajouté du produit à ses cheveux pour les rendre encore plus désordonnés.

     "C'est très bien," déclara Holly. "Mais j'ai vraiment besoin d'y aller. Je ne veux pas que ma sœur m'attende."

     "Bien sûr, merci." Sparrow plaqua son dos contre le mur de pierre, sa guitare levée au-dessus de sa tête, et elle passa devant lui. Mais après seulement quelques pas, il l'appela, "A plus tard, Holly O'Hair."

     La façon dont il avait dit son nom, avec un petit son, l'intrigua. Est-ce qu'il l'aimait? Non, c'est stupide, se dit-elle. Sparrow était un compositeur et un chanteur. Tout ce qu'il disait avait une sonorité. Elle se retourna. Pourquoi est-ce qu'il lui souriait de cette façon bizarre?

     "Classe," lui dit-elle.

     "Hein?"

     "Classe rime avec face, et place."

     "Oh, mec, c'est parfait." Il était toujours en train de sourire. Puis une sonnerie de guitare résonna. Il sortit un MirrorPhone de sa poche et lut l'écran. "C'est l'un des Merry Men. Je dois y aller. A plus, Princesse!" Il lui lança un autre clin d'œil, puis il dévala les escaliers.

     Oh non. Il n'était pas en train d'avoir le béguin pour elle, n'est-ce pas? Sparrow n'était pas sa tasse de thé, et elle ne voudrait pas blesser ses sentiments.

     Quand bien même, elle appréciait le côté artistique de Sparrow. Bien que ses mots s'inscrivent dans un rythme 4/4 et semblent être sur une seule chose, c'était un confrère écrivain, et c'était admirable. Il faut du courage pour écrire, mais il faut d'avantage de courage pour adresser ces mots au monde. Que ce soit une chanson ou un blog d'histoires, c'était angoissant d'attendre la réponse du public. Allaient-ils applaudir ou huer? Allaient-ils télécharger les chansons ou les ignorer? Allaient-ils mettre aux histoires des émoticônes souriants ou pas contents?

     Penseraient-ils que les histoires étaient assez bonnes pour un livre?

     Clipper l'attendait sur la dernière marche, la tête penchée comme s'il se demandait: "Qu'est-ce qui t'as pris autant de temps?"

     Elle s'agenouilla près de lui et lui tapota la tête. "Écoute, mon petit, sois sage là-dedans. Ce n'est pas une jungle pour sauter et grimper. C'est un salon, et il y a beaucoup de choses qui peuvent se renverser." Il flaira sa main. Puis il frappa ses cheveux. C'est alors qu'elle remarqua un petit objet en plastique qui s'était emmêlé dans l'une de ses mèches. C'était un médiator.

     C'était définitivement l'heure de se faire une nouvelle coupe!

     La meilleure personne pour gérer sa masse de cheveux était sa sœur jumelle, Poppy. Et Holly ne pouvait pas attendre une seconde de plus pour lui annoncer les nouvelles de la matinée.

     

    *   *   *

    Découvrez la suite en lisant le roman "Truth Or Hair"!

    Traduction de l'anglais par luc-elementix

    « Fairy's Got Talent: Le Chapitre 1 et 2 en traduction française!Fairy Tail Ending: Le Chapitre 1 et 2 en traduction française! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :