• En tant que grand fan d'Harry Potter, j'attend ce film depuis 1 an. Ça a donc été assez dur d'attendre une semaine de plus après sa sortie pour pouvoir enfin découvrir "Les Animaux Fantastiques", le nouveau film inspiré de l'univers de J.K.Rowling. Et croyez-moi, il vaut vraiment le coup! ;)

    [Cinéma] Les Animaux FantastiquesNorbert Dragonneau, magizoologiste britannique, arrive à New York dans les années 20 avec une valise remplie de créatures magiques qu'il a découvert à travers le monde entier. Malheureusement, la valise se retrouve par accident entre les mains d'un Non-Mage (Moldu) du nom de Jacob Kowalski qui libère quelques animaux dans les rues de New York. Norbert est vite repéré par Tina Goldstein, un ex-Aurore du MACUSA (Congrès Magique des Etats-Unis d'Amérique). Il doit retrouver ses animaux échappés au plus vite car une menace obscure ravage en ce moment même New York, mettant en danger le secret du monde des sorciers...

    Pour ceux qui connaissent Harry Potter, le film est inspiré du manuel scolaire de Poudlard "Les Animaux Fantastiques" sorti en 2001 par J.K.Rowling, et écrit par Norbert Dragonneau (ou Newton Scamander en VO, ce qui sonne beaucoup plus cool). L’auteur a confié qu'elle avait tellement de choses à dire sur Norbert Dragonneau qu'il était impossible pour elle de ne pas parler de lui après Harry Potter. Mais au lieu d'un roman, elle a décidé de raconter les aventures de ce nouveau sorcier sous forme de scénario pour le cinéma. La Warner Bros a adoré et c'est David Yates, à qui on doit les 4 derniers Harry Potter, qui s'est chargé de la réalisation.

    A peine installé dans votre siège et après les bandes-annonces, le film commence sur l'intro musicale qui vous rappellera sans aucun doute celui de tous les Harry Potter, avant d’enchaîner sur un défilé de titres de journaux de La Gazette du Sorcier afin de vous mettre dans l'ambiance et le conteste du monde magique des années 1920. Ce n'est pas grave si vous ne connaissez pas l'univers du sorcier à la cicatrice ou si votre mémoire souffre d'un sortilège d'Oubliettes car l'histoire se passe bien bien avant en Amérique. Par ailleurs, le début du film vous permettra de réviser un peu le répertoire des sorts! ;)
    Si vous êtes un grand fan, vous apprécierez particulièrement les allusions et les clins d’œil à la saga comme par exemple le symbole des Reliques de la Mort qui fait une apparition dans le film... ;)

    Mais parlons du film en question! L'une de mes craintes était que la plume de J.K.Rowling ne soit pas adapté à l'écriture du cinéma mais l'auteur a parfaitement orchestrée son affaire. La différence entre un roman et un film est que le livre nous apporte toutes les explications nécessaires à la compréhension de l'intrigue tandis qu'un film repose majoritairement sur la narration visuelle (qui est d'après moi, un des points forts du réalisateur David Yates dans les Harry Potter). Du coup, j'ai été perdu une ou deux fois dans l'intrigue et une explication aurait été la bienvenue pour expliquer le fonctionnement d'un "truc". Mais je pardonne volontiers cette faiblesse à l'auteur pour la qualité incroyable de son tout premier film en tant que scénariste! ^^

    L'univers du film est bien plus adulte et sombre que les derniers Harry Potter, ce qui apporte un enjeu à l'intrigue mais n'empêche pas les bons sentiments, le merveilleux et un brin d'humour so british. Les nombreux effets spéciaux sont très beaux esthétiquement. Que ce soit par les Transplanages et sorts lancés lors des scènes d'actions rythmées que par la merveilleuse galerie d'animaux fantastiques présents dans le film (même si au final on peut compter sur les doigts d'une seule main ceux qui ont un rôle important dans le film). Vous aurez surement un coup de cœur pour le Niffleur (sorte de taupe à bec de canard attiré par tout ce qui brille) ou pour le Botruc (être végétal de 15cm) tirés du glossaire du livre.

    Le héros, Norbert Dragonneau, est interprété par Eddie Redmayne, récompensé par l'Oscar du meilleur acteur 2015. L'acteur britannique a d'ailleurs passé plusieurs mois dans les zoos afin d'apprendre comment s'occuper des animaux afin de rendre son personnage crédible. Le résultat est réussit avec brio. Il forme également un bon duo comique avec l'acteur qui interprète le Non-Mage Jacob Kowalski, notamment lors des scènes où il doit capturer un des animaux échappés dans New York.
    Mon seul regret est que si son jeu d'acteur est crédible tout au long du film, je pense que le personnage de Norbert Dragonneau aurait besoin d'un peu plus de profondeur pour qu'on s'y attache vraiment. On sait qu'il a été à Poudlard, qu'il était l’élève préféré de Dumbledore, qu'il a un lien de parenté avec un personnage des films Harry Potter et qu'il a voyagé à travers le monde... mais c'est un peu maigre. J'ose espérer qu'on en découvrira plus sur lui dans le prochain film... 

    Car oui, l'auteur J.K.Rowling l'a confirmé; 5 films sont prévus pour les Animaux Fantastiques. Le second volet devrait se dérouler à Paris. Autant vous dire que l'univers des sorciers ne risque pas de disparaître! En attendant, foncez au cinéma découvrir ce nouveau film qui dévoile une nouvelle face du monde des sorciers! ;)

    Public visé: Les fans de l'univers Harry Potter et les autres
    Points forts: Des effets spéciaux spectaculaires dans une nouvelle histoire de l'univers de J.K.Rowling
    Points négatifs: Le héros aurait besoin d'être plus développé dans les prochains films et le scénario aurait besoin de 2 ou 3 éclaircissements

    LUC-ELEMENTIX, Magiquement vôtre! ^^ 


    votre commentaire
  • Si je mélange dans un grand chaudron bouillant la magie et les super-héros, qu'est-ce que j'obtiens? "Doctor Strange", le nouveau film des studios Marvel qui sort officiellement aujourd'hui dans nos cinémas français! Votre Luc-Elementix a déjà vu le film et vous donne sa critique...

    Le Docteur Stephen Strange est un talentueux chirurgien arrogant avec un grand égo qui perd l'usage de ses mains lors d'un tragique accident de voiture. Après plusieurs opérations ruineuses et sans effet, il se rend à Katmandou en espérant qu'un mystérieux gourou nommé l'Ancien puisse l'aider. Celui-ci refuse de guérir les mains du Docteur mais finit par l'initier aux arts mystiques et à la découverte de dimensions et autres univers. Le Docteur Strange va devoir mettre de coté son ego et sa vison du monde pour apprendre la magie puisqu'un groupe de sorciers projette d'invoquer une entité obscure qui menace la Terre...

    N'ayant pas une grande culture sur les super-héros de Marvel, ma seule référence pour le Docteur Strange se limite au film d'animation sortit il y a quelques années et à ses 2-3 apparitions dans des épisodes de Ultimated Spiderman. Le rayon comics des magasins ne m'a jamais aidé à en savoir plus sur le Sorcier Suprême! Il faut attendre que l'on fasse un film sur lui pour voir enfin Deadpool libérer un peu de place sur les étagères depuis 10 jours! 

    Tout ce que je peux donc vous dire, c'est que le Docteur Strange est un super-héros créé par l'incroyable Stan Lee (qui fait un caméo dans le film!) en 1963. Chirurgien brillant et arrogant qui choisissait ses patients selon de nombre de chiffres de leur compte en banque, il a un accident qui l'empêche d'exercer son métier, rencontre l'Ancien qui lui apprend la magie et devient le grand maître des arts mystiques. Vous vous en doutez, ce film parle des origines du héros. Et sans être un grand expert (ni avoir vu les autres films de super héros sortit cette année) je pense pouvoir dire que c'est l'un des meilleurs films Marvel qu'on ai jamais eu!

    "Ils sont dingues ces américains!" C'est une phrase que je me dis souvent en regardant des gros films hollywoodiens. Mais là, ceux qui travaillent aux effets spéciaux de ce film doivent l'être encore plus (dans le bon sens du terme)! Parce qu'il en faut une imagination folle pour déformer la réalité des bâtiments new-yorkais lors de scènes de combats, mais encore plus pour créer une diversité d'effets pour les multiunivers. Entre les fragments miroitants de la Dimension Miroir, les kaléidoscopes colorés des différents mondes ainsi que les déformations et les torsions des immeubles, le film offre une vraie claque visuelle. Le seul véritable danger, c'est de perdre le fil au cour des combats à cause de la multitude de détails en mouvement... 

    Spécial coup de cœur pour la Cape de Lévitation qui a une volonté propre et nous fait rire lorsqu'elle n'en fait qu'à sa... (hum?) tête. On sent la touche Disney! ;)

    Benedict Cumberbatch interprète un Docteur Strange efficace. L'évolution du personnage est bien faite. On n'est pas dans le scénario classique des films de superhéros où le personnage suit un dur entrainement et paf! devient d'un coup le superhéros qui va sauver le monde. Donc, le moment où le Docteur s'élève pour la première fois dans les airs avec sa Cape de Lévitation n'est pas encore la naissance du Sorcier Suprême. Au contraire, si on voit que le Docteur Strange s'améliore côté magie, on a un rappel constant qu'il n'a pas vraiment tout à fait évolué au niveau du caractère. Le reste du cast s'en sort plutôt bien, notamment avec l'Ancien (qui est devenu une femme dans le film) interprété par Tilda Swinton. J'ai appris par la suite que Mordo est censé être LE pire ennemi sorcier du Docteur Strange et du coup, je suis d'accord avec ceux qui trouvent que son personnage n'a pas été assez développé dans ce film, vu qu'il se contente d'être son compagnon de route pendant la majeure partie du film.

    Au niveau du scénario, l'histoire est bien construite et la présence aussi importante des multiunivers nous fait accepter que ça devienne parfois un peu délirant. Il y a un peu d'humour, mais sans être lourd. Comme le souligne Wong à un moment du film, la magie est un sujet sérieux. Doctor Strange reste avant tout un film d'action. Et un bon film Marvel comme on l'espérait tous.

    PS: Ne faîtes pas comme la plupart des gens qui quittent la salle de cinéma dès le début du générique de fin et restez après les 2 génériques pour voir deux scènes inédites; la première montrant le Docteur Strange avec un Avenger dont il fera surement une apparition dans son prochain film, et la seconde, plus sombre, qui se terminera pas la confirmation que, oui, "Doctor Strange will return"!

     

    Points positifs: Effets spéciaux visuels bluffants et vertigineux

    Points négatifs: Il faut être attentif si on ne veut pas se perdre dans certains combats où la réalité est déformée

    Public visé: Les fans de héros Marvel et apprentis sorciers 

    LUC-ELEMENTIX, Sorcier de Premier Ordre


    votre commentaire
  • Ce mois-ci, je n'ai pas beaucoup de temps libre mais je me suis promis que dès que j'aurais deux minutes, j'irais voir Alice affronter le Maître du Temps dans "Alice de l'Autre Côté du Miroir".... Et maintenant que j'ai enfin du temps libre, j'essaie de prendre quelques minutes pour vous écrire la critique du film avec presque 1 mois de retard... Quoi? Vous en avez marre que je parle du Temps? Temps pis!

    Alice, devenue capitaine de son propre navire, le Wonder, est de retour à Londres. Là, elle apprend que son associé est décédé et que c'est son fils Hamich, avec qui elle a faillit se marier, qui dirige maintenant l'entreprise. Alice apprend à peine que son bateau va être mit en vente que son vieil ami Absolem apparaît avec des nouvelles inquiétantes: le Chapelier Fou est en danger! Ce dernier se laisse dépérir depuis qu'il a la certitude que sa famille est toujours en vie quelque part au Pays des Merveilles. Pour le sauver, Alice doit se rendre au château du Temps afin de voyager dans le passé et comprendre ce qui est arrivé à la famille du Chapelier...

    De l'Autre Côté du Miroir est à la base le second livre des aventures d'Alice au Pays des Merveilles écrit par Lewis Carrol en 1871. Ce film est donc la suite du film de Tim Burton, véritable carton lors de sa sortie en 2010, qui cette fois, se place producteur et laisse la réalisation du film à James Robin. Qu'on soit bien clair, hormis la rencontre avec Humpty Dumpty et le fait que Alice traverse le Miroir pour se rendre au Pays des Merveilles, il n'y a aucun lien entre le film et le livre. En fait, il aurait put très bien s'appeler "Alice et la Course Contre le Temps", ça aurait été mieux...

    Alors je vais pas m'attarder sur l'aspect visuel du film et ses effets spéciaux. Evidemment, c'est très bien fait, quoi que même si le film reprend le monde créé par Tim Burton, il y a un coté moins burtonesque dans les décors. Au niveau des personnages, on retrouve notre Alice. 3 ans se sont déroulés depuis son retour au Pays des Merveilles. Elle est à présent une femme libre et indépendante pour qui l'impossible n'existe pas comme nous le prouve la scène d'ouverture qui a un côté Pirates des Caraïbes.

    Du côté du Chapelier, il se fait pâle, morose... pour le coup, il est bien moins présent que dans la premier film. Et pourtant, Johnny Deep est encore une fois mit en avant par l'affiche alors que c'est censé être Alice l’héroïne! Mais on en apprend plus sur ce mystérieux personnage au long du film. Pour les autres habitants du Pays des Merveilles, ils sont là pour le strict minimum "Alice! Retourne au Pays des Merveilles!", "Alice! Il y a un problème avec le Chapelier! On est inquiets!" et"Tu sais ce que tu dois faire, Alice? Le chemin est par là. Bonne chance." On se demande ce que fait Humpty Dumpty pour ses 30 secondes de gloire qui finissent en omelette! (je sais, c'est facile comme jeu de mots!)

    Non, le vrai point fort du film, c'est le personnage du Temps, interprété par Sacha Baron-Cohen, qui est vraiment le plus intéressant. J'ai lu une centaine de fois le chapitre "Un Thé chez les Fous" du livre de Lewis Carrol et j'avoue n'avoir jamais pensé une seule fois que le Chapelier Fou était sérieux lorsqu'il disait à Alice que "Le Temps est une personne."

    Dans le film, le Temps est présenté comme une personne mi-homme, mi-machine mécanique, vivant dans son sombre royaume avec ces petites machines les Secondes qui s'assemblent pour former des Minutes. Il dit "moi" lorsqu'il parle du "temps" avec humour(?) ou sérieux mais semble souffrir lorsque ce sont les autres protagonistes qui font des jeux de mots. A la fois, ennemi et ami, fou et censé, gentil et méchant, je pense que le temps n'a jamais été aussi bien présenté, si bien décris que dans ce film. 

    Donc, pendant une bonne partie du film, on s'engage dans de nombreux voyages dans le temps au cours du quel on découvre la famille du Chapelier Fou, certaines origines pour les personnages qui nous renvoient au premier film (j'imagine déjà mon prof de scénario faire des remarques sur les "facilités du scénario" dues aux voyages dans le temps!) et aussi l'origine de la discorde entre la Reine Blanche et la Reine Rouge (Ah oui, elle est de retour elle aussi!) qui,  mon humble avis, est un peu tarte...lette!

    Toute cette thématique sur le temps nous amène à la morale du film qu'est l'importance de la famille et du fait qu'il faut profiter de chaque instant avec elle avant d'avoir des regrets. La morale est un peu légère surtout si on prend en compte le conflit entre Alice et sa mère qui passe vite à la trappe. Il faut dire que les problèmes que doit régler Alice après son voyage au Pays des Merveilles ont moins d'enjeux que dans le premier film.

    Dans l'ensemble, j'ai même carrément été déçu par les enjeux du monde réel. Il faut dire que le début de la bande-annonce, la scène ou Alice se réveille dans un asile psychiatrique, laissait miroiter une suite un peu plus sombre, alors que ce n'est en fait qu'un obstacle illusoire qu'Alice a vite fait de surmonter. (Désolé si je vous ai spoilés sur ce coup-là!)

    Pour finir... Est-ce que j'ai aimé le film? Oui, évidement. "Alice de l'Autre Côté du Miroir" est un super film et j'ai passé un bon moment. Mais la question que je me pose c'est pourquoi avoir fait une suite? Le premier opus était très bien mais quel est l'intérêt d'avoir fait ce deuxième film. L'idée d'une suite est bien mais celle-ci n'est pas nécessaire et n'apporte pas quelque chose d'essentiel...

    Public visé: Les fous de Disney et/ou de films fantasy

    Points forts: Le personnage du Temps et une histoire pour connaitre un peu plus le Chapelier Fou

    Points faibles: Est-ce que ça valait vraiment la peine de faire une suite?

    LUC-ELEMENTIX, Passez un été fan-tasse-tique!


    votre commentaire
  • Tout  l'heure, sur Disney Channel, va être diffusé le très attendu nouveau film Disney Descendants. J'ai eu la chance de voir le film bien avant sa diffusion française et je vous propose ma critique mûrement réfléchi sur ce film qui semble ouvrir les portes d'une nouvelle franchie pour Disney... (Mon dieu, comme j'écris bien!)
     

    Descendants DVD

    Il y a 20 ans, tous les pires méchants de Disney ont été exilés sur l'Île de l'Oubli, une île protégée par un bouclier anti-magie. Un jour, Ben, le fils de la Belle et la Bête, décide d'offrir une chance aux descendants des méchants de venir vivre parmi les gentils à Auradon. Mal, fille de Maléfique, Evie, fille de la Méchante Reine, Jay, fils de Jafar, et Carlos, fils de Cruela Denfer, débarquent donc au lycée d'Auradon dans le but de s'emparer de la baguette magique de la Bonne Fée. Grâce à celle-ci, ils pourront détruire la barrière autour de l'Île de l'Oubli et permettre à leurs méchants parents de prendre leur revanche... Mais que se passerait-il si ces méchants adolescents réalisaient qu'il avaient au fond quelque chose de bon en eux?
     
    Beaucoup de personnes ont critiqués le fait que ce film était inspiré du concept d'Ever After High (en même temps, on comprend pas pourquoi Disney n'a pas eu l'idée plus tôt!). Je ne vais pas débattre là dessus et juger le film sur ce qu'il est en lui-même.
     
    L'un des points qui m'a dérangé au début du film, c'est qu'on ne nous présente pas les 4 personnages principaux. Ce qu'on pourrait appeler la "scène de présentation" est en fait celle des parents (Genre voilà, lui/elle c'est le fils/la fille de tel méchant. Point.) mais j'ai compris que cela était voulu puisque les enfants vivent dans l'ombre du passé glorieux de leurs parents et que c'est lorsqu'ils arrivent à Auradon qu'ils vont découvrir qui ils sont - en même temps que les spectateurs. Mal est interprétée par Dove Cameron, que l'on connait pour son ses deux rôles dans la série Disney Channel Liv & Maddie. On connait aussi Cameron Boyce qui joue Carlos, qu'on a vu  dans Jessie, ainsi que Booboo Stewart, qui joue Jay, que les fans de Twilight auront peut être aperçu parmi les BG du clan des loups garous. Sofia Carson qui interprète Evie, quand à elle, est la nouvelle star Disney qui fait ses premiers pas dans ce téléfilm.
     
    Le film est surtout centré sur les filles (notamment Mal puisque c'est elle l'héroïne!) et du coup les garçons n'ont pas beaucoup d'impact bien qu'ils aient leur moment à eux. Il y a une bonne variété de personnages Disney présentés même si on aimerait justement en découvrir plus. Mais je pense que ce film est une porte ouverte à de nouveaux personnages et à de nouveaux fils de méchants.
     
    Puisqu'on parle des méchants, vous allez avoir un choc: on dirait que Disney s'est parodié en nous proposant des acteurs comiques faisant du cosplay. Bon, okay, les méchants ont perdus de leur grandeur et sont devenus pathétiques  force de vivre sur l'Île de l'Oubli mais ça fait un choc! Néanmoins, ne soyez pas trop attachés à l'image des méchants des classiques Disney si vous voulez apprécier leurs scènes. Maléfique est pas mal et bien qu'elle ai l'air moins diabolique que celle qu'on connait, elle nous régale dans son petit numéro musical "Evil Like Me" façon Brodway, où elle essaye de convaincre sa fille d'être une méchante.
     
    Le film est réalisé par Kenneth Ortega (qui est aussi le réalisateur de la trilogie High School Musical) et par conséquent, le film est une comédie musicale avec des numéros de danse. En voyant la liste des chansons de la BO, j'ai trouvé qu'il n'y avait pas beaucoup de chansons mais au final, en regardant le film, c'est parfait. Il n'y en a ni trop ni moins et le film garde sa crédibilité tout en proposant de jolis chansons. Spécial coup de cœur pour "Rotten To The Core" et "If Only"!
     
    Côtés effets spéciaux, c'est... bof? Les vues aériennes de l'Île de l'Oubli sont bien faites, idem pour les effets des sortilèges de Mal. Il y a juste pour la scène avec le dragon finale où on imagine bien le fond vert sur l'un des plans mais cela reste correct dans l'ensemble. Les décors sont bien aussi. C'est bien de voir qu'ils peuvent faire un bon DOM avec un budjet généralement moyen. Les costumes sont tous magnifiques et comme je l'ai dis plus haut, c'est dommage que ceux des figurants ne permettent pas de deviner de qui ils sont les descendants de contes de fées.
     
    Dans l'ensemble, le film est agréable à regarder. L'intrigue ne laisse que peu de suspens (on sait déjà comment ça va finir) mais c'est suffisant pour que le film soit intéressant sans pourtant être LE film de l'année. C'est une sorte d'introduction agréable à la websérie 3D qui suivra mais on espère quand même que la suite qui est en préparation sera l'occasion de nous en mettre plein la vue! Bref, Disney Descendants est un bon film qui devrait plaire au public!
     
    Disney Descendants est diffusé aujourd'hui sur Disney Channel à 18h puis à 20h30. Et si vous loupez le film, ne vous inquiétez pas, le DVD sort demain et la chaine le repassera surement dans les jours à venir! ;)

    Public visé: les ados aimant les contes de fées modernes
    Points positifs: un conte moderne autour de personnages inédits dans l'univers Disney
    Points négatifs: un film qui se veut ambitieux mais qui au final ne propose pas grand chose d'inédit.
     
    ELEMENTIX, I'm Rotten To The Core! èwé

    votre commentaire
  • "Les Chevaliers du Zodiaaaaque... s'en vont toujours à l'attaaaaque... En chantant une chanson bien haut... C'est la chanson des héros!" Vous vous souvenez peut être de la chanson de la série animée "Les Chevaliers du Zodiaque" adapté du célèbre manga de Masami Kurumada. Apparu à la fin des années 80 sur nos écrans français, cette série japonaise (dont le titre original est "Saint Seiya") a su marquer les générations et traverser les âges grâce au manga, la série animé, sans oublier les séries dérivées, les films et les produits dérivés comme les figurines. Aujourd'hui, le nouveau film est sorti en DVD chez nous!
     

    Chevaliers du Zodiaque

    Dans la mythologie grecque, Athéna était la déesse qui protégeait la Terre des forces du mal grâce à ses Chevaliers du Zodiaque, des guerriers en armure chacun protégé par une constellation. 
    Lors d'un voyage en Grèce, Mitsumasa Kido, un milliardaire japonais, fait la connaissance d’Aiolos, Chevalier d’Or du Sagittaire, agonisant. Celui-ci lui remet son armure d'Or du Sagittaire ainsi qu'un bébé, Saori, qui est la réincarnation de la déesse Athéna. Il lui demande de la protéger et d’entraîner des jeunes garçons courageux afin qu'ils deviennent un jour les chevaliers protégeant Athéna.
    Des années plus tard, Seiya Chevalier du Pégaze revient de son long entrainement en Grèce et retrouve ses anciens compagnons Shiryu Chevalier du Dragon, Hyoga Chevalier du Cygne, Shun Chevalier d'Andromède et Ikki le Chevalier du Phénix. Ces cinq Chevaliers de Bronze doivent protéger Athéna de ses ennemis. 
     
    Toute la série repose sur des séries de combats où les personnages torturés, parfois avec un côté sombre et des faiblesses cachés, subissent parfois de sérieux coups et blessures avant de réussir à terrasser leur adversaire grâce à leur Cosmos mais surtout à leur volonté de ne jamais renoncer.
     
    "Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire" se concentre sur l'Arc le plus célèbre de la saga: celle du Sanctuaire. Ce film d'animation 3D mélangeant action, fantasy et mythologie, raconte comment Seiya et ses amis doivent traverser les 12 Maisons du Zodiaque (chacune gardée par un Chevalier d'Or) afin d'atteindre le Grand Pope qui a planté une flèche dans le cœur d'Athéna. 
     
    L'annonce de ce film par les studios japonais a beaucoup inquiété les fans du monde entier. En effet comment résumer l'équivalent de 12 tomes du manga, soit environ 70 épisodes de la série animée, en un film de 93 minutes? La réponse est simple, il faut couper dans le scénario ce qui n'est pas important. Même si cela signifie risquer de perdre l'essence même de la saga initiale...
     
    Le point fort du film est sans aucun doute le design 3D qui fait rappelle celui des jeux de Final Fantasy. Les personnages du manga sont passé au format 3D. Mais si on reconnait Seiya, Saori, Shiryu et Shun, le design de certains personnages du film comme Hyoga ont trop changés et certains fans on du mal à les reconnaître. De plus, leurs caractéristiques sont vites passés à la trappe: Seiya est devenu un pitre et éclipse le reste du groupe. Ce n'est pas forcément un mauvais choix mais quand même!
     
    Les armures, qui correspondent chacune à la constellation de chaque personnage, ont elles aussi été retravaillées. Les designer leur ont donné un style mécanique qui ne perdent en rien leur côté antique. Fini aussi les lourdes caisses qu'il fallait porter sur le dos! Elles se présentent désormais sous la forme d'un médaillon qui fait apparaître l'armure dans une sorte de cercle de transmutation à la FullMetal Alchemist qui vient ensuite recouvrir le corps des chevaliers un peu comme celle d'Iron Man. On sens d'ailleurs l'inspiration des héros Marvel avec les bandes fluo brillantes sur les armures qui donne un effet digne du film "Tron". Le résultat est néanmoins saisissant de réalisme et très bien détaillé, tout comme les décors. *w*
     
    La première partie du film se déroule bien: on a droit à la fuite d'Aiolos, la rencontre avec Mr.Kido, puis on a droit à un rapide résumé sur le Cosmos et les Chevaliers par le majordome de Saori avant de rentrer dans l'action des premiers combats. On sens que les producteurs se sont donnés du mal pour faire les 30 premières minutes du film, et sans doute ont-ils réalisés trop tard qu'ils ne restait plus que 60 minutes pour faire le reste du film. Ainsi, à partir du moment où nos héros se rendent au Sanctuaire, le film devient une succession de combats, certes, magnifiquement réalisés, mais qui s’enchaînent de façon tellement brouillon que même moi, qui ait lu le manga, a eu du mal à suivre certains passages.
     
    D'ailleurs, la vitesse à laquelle s’enchaîne les combats ne donne pas le temps de présenter les personnages, leurs motivations et la difficulté avec laquelle nos Chevaliers de Bronze avançaient vers l'objectif final. Tout ce qui faisait la richesse et l'émotion du manga d'origine! Les rares éléments donnés au fur-à-mesure des maisons sont chaotiques et finalement bâclés.
     
    Le Sanctuaire - j'ai oublié d'en parler, qui était situé à Athènes dans le manga d'origine, est désormais situé dans une autre dimension sous l'aspect d'une cité à la fois antique et futuriste au milieu des nuages, qui rappelle Asgard dans "Thor". Chaque maison est richement décoré selon leur signe du Zodiaque mais même avec l'aide des sous-titres, on a du mal à suivre le parcours des chevaliers.
     
    D'ailleurs, le design des Chevaliers d'Or est vraiment perturbant. On dirait que les designers graphiques se sont amusés à parodier les personnages jusqu'à leur faire perdre leur aspect menaçant: le Bélier se retrouve avec des lunettes d'intello, on découvre le Taureau avec un anneau dans le nez en train de découper une côte de bœuf et , comble du comble, le Chevalier du Cancer devient le Chevalier du Concert. Alors qu'il est censé être un des personnages les plus sinistres de la saga avec sa maison décorée des visages de ceux qu'il a vaincu, le voilà qui se prête à une ridicule performance musicale dans le style Broodway. *____*
    Je veux bien admettre que certains aspects du scénario d'origine ont parfois besoin d'être réadaptés mais il faut pas non plus abuser... =S
     
    Je ne parle pas des abcents (vous avez dit la Balance?), de ceux qui changent de sexe (hein, Scorpion?) et du pauvre dernier chevalier, le Chevalier des Poissons, qui a droit à une minute de gloire en étant directement tuer par le Grand Pope. Puis le film part définitivement en délire lorsque le grand méchant de l'histoire se dévoile et détruit tout sur son passage. Ouais! °____°
     
     
    Bref, "Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire" ne brille que par son graphisme et son visuel 3D. Les non-fans seront un peu perdu pendant le film, mais auront été tellement divertis et s'en auront sans doute tellement pris plein les yeux qu'ils auront envie de découvrir le manga tandis que les fans et ceux qui connaissent un peu la série seront déçus et iront se consoler avec la saga originale.
    Finalement, le but de faire venir le public vers le manga trouve quand même son compte!
     
    Points positifs: Un graphisme 3D soigné digne d'un Final Fantasy et des effets spéciaux à couper le souffle.
    Points négatifs: Une succession de combats affolée qui finit par un délire total. Où est l'essence de la saga d'origine?
    Public visé: Fans d'action, de mythologie et de fantasy ne connaissant ABSOLUMENT PAS la série.
     
    ELEMENTIX, sinon je vous suggère la série abrégée sur YouTube & Dailymotion! ;)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique